Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 août 2013 3 21 /08 /août /2013 12:42
Séances de cinéma HK #1 : Introduction

Cielles qui m'connaissent savent que je n'ai d'yeux que pour le cinéma asiatique, qu'il soit sud-coréen, chinois, thaïlandais, japonais et, comme le préfigure les initiales HK, hong-kongais...

Pourtant, à part la qualité scénaristique et la créativité, il y a très peu de ressemblances entre chacun de ces cinémas.

Si Hong-Kong appartient désormais pleinement à la Chine depuis la Rétrocession des territoires par l'Empire colonial brittannique en 1997, elle reste un territoire cinématographique à part, dûe à son histoire et à son statut administratif propres au sein de la République Populaire de Chine.

Son cinéma contient des traces multiples de cette présence britannique, présentée généralement comme arrogante et acculturante. Rares sont les films historiques à faire l'impasse, même deux minutes, sur ces faits et ces ressentiments populaires, même dans le cinéma d’aujourd'hui.


De Hong-Kong, vous avez vu les films ou entendu les noms de Wong Kar-wai, Johnnie To peut-être et John Woo. Les films Tigre et Dragon et Shaolin Soccer au succès important dans les salles européennes, les noms aussi de Bruce Lee, Chow Yun-fat, Tony Leung, Jackie Chan, Maggie Cheung ne vous sont peut-être pas inconnus ? Même si c'est pas le cas, c'est pas grave.

Mon but n'est pas de vous faire l'histoire ni même la critique de ce cinéma si riche en genre, en actrices et acteurs de légende, en films inoubliables et en productions récentes détonnantes. De bons documents et de bons livres existent et feront bien mieux le boulot que moi. Notamment, LA référence en français : L'Encyclopédie du cinéma de Hong-Kong d'Emrik Gouneau et Léonard Amara aux éditions Les Belles Lettres (plus 500 pages avec illustrations).

J'vais me contenter de mettre en avant une sélection très personnelle parfois représentative comme on dit (même si c'est toujours un peu grotesque comme idée), parfois non. Les films seront proposés de façon aléatoire en terme de style, d'époque et de discours. Ils ne couvriront que la période des années 60 à nos jours mais je vous proposerai des avant-premières aussi.

Avant toute chose :

* Non, il n'y aura pas que du Kung-fu. Et puis, merde, trace ta route si t'aimes pas les films de Kung-fu. Il y aura aussi de l' "Heroic Blooshed" (ou "carnages héroïques", polars HK violents mais moralisés et stylisés nés dans les 80's où le flingue est toujours au 1er plan de l'action), du Wu Xia Pian (film de sabre chinois, où la moralité du chevalier est primordiale), du film de catégorie III (catégorie réservée au genre gore ou érotique à Hong-Kong), de la fantaisie, du drame et de la comédie.

* La langue du cinéma HK est depuis la fin de l'ère du grand studio Shaw Brothers dans les 70's quasi-exclusivement en cantonais, la langue du Guangdong, du Guangxi, de Macao et de Hong-Kong. Le cinéma chinois continental est quant à lui en mandarin.

* La plupart des classiques des années 60 à nos jours sont disponibles pour le public francophone ou trouvables avec sous-titrages anglais. Leur diffusion DVD en France est très bonne mais relativement chère. Leur présence par contre en salle est franchement limitée et peu courageuse (pas trop d'nouveaux-lles réal') voire orientée (choix des films les plus lisses, les mauvais films des bons réal'...). Beaucoup de streaming sont par contre dispo, après, j'vais pas vous mentir, l'anglais est un + pour découvrir bon nombre de ces films si vous ignorez le cantonais ou supporter la VF des Jackie Chan est parfois nécessaire.

* Même sans avoir vu un seul film HK (Hong-Kongais donc), vous en avez peut-être déjà paradoxalement vu... car, comme il s'agit autant d'un style que d'une provenance, l'art cinématographique HK a profondément influencé le cinéma hollywoodien : Matrix en est le meilleur exemple, dont le chorégraphe est le Chinois cantonais Yuen Woo-ping (qui a réalisé les majeurs Drunken master et Tai-chi master pour Hong-Kong avant de se concentrer sur la chorégraphie).

* Beaucoup de réal HK ont bossé pour Hollywood où, pour les plus chanceux, ils ont renouvelé les codes du film d'action US ou juste fait quelques navets. J'pense à Ringo Lam (Risque Maximum, Replicant avec Jean-Claude Van Damme), Kirk Wong (The Big Hit avec Mark Wahlberg), Tsui Hark (Double team, Piège à Hong-Kong avec Jean-Claude Van Damme) et surtout John Woo (Mission Impossible 2, Volte-Face, Windtalkers : les messagers du vent, Paycheck).

* Il n'est pas rare non plus de voir de superprods ricaines avec des stars HK à l'affiche tels Chow Yun-Fat (Pirates des Caraïbes 3), Michelle Yeoh (Demain ne meurt jamais), Jackie Chan (la saga Rush Hour) et vous avez peut-être aussi connu Maggie Cheung dans ses rôles chez le réal’ indé Français Assayas avec qui elle était un temps mariée.

* Beaucoup de films ricains assument totalement leur emprunt au style HK de l' "heroic bloodshed" : je pense notamment au sympa The Replacement killers / Un tueur pour cible, produit par John Woo lui-même qui jouit d'un très bon duo entre Chow Yun-fat et une Mira Sorvino féministe. Tigre & Dragon ou encore dans un autre registre My Blueberry Nights sont quant à eux des coproductions hong-kongaises, chinoises et internationales.

* Comme on sait qu'les Ricains préfèrent faire des remakes plutôt qu'filer des sous-titres à leur public, les achats de leur scénario marchent bien outre-atlantique : The Departed / Les Infiltrés de Scorsese (2006) est un pastiche du scénario du film HK Infernal Affairs, retranscrit dans l'univers de la mafia irlandaise de Boston.

* Au-delà des importations et productions en Occident, ce sont des cinéastes que l'on retrouve ailleurs en Asie, comme les frères hong-kongais Pang, auteur des deux versions de Bangkok Dangerous (oubliez Nicholas Cage et regardez la première version : un chef d’œuvre !), The Eye, Ab-normal beauty, Leave me alone, qui réalisent à Taïwan.

* Moins connu et pourtant extrêmement dynamique (2è pays producteur de films), le Nigéria ou Nollywood se réclame lui aussi beaucoup du cinéma d'action HK.

* l'Age d'or du cinéma HK (70's-90's) est malheureusement passé bien que bon nombre de productions nous arrive avec bonheur jusqu'ici chaque année. Aujourd'hui, le cinéma asiatique le plus novateur, brillant et prolifique se cherche plus volontiers en Corée du Sud (Mais c'est très subjectif car c'est selon ce qu'on reçoit ici en France qu'on peut établir de tels jugements) avec la vague des thrillers gores, drames sociaux poisseux ou ou des films existentiels de vengeance notamment. Mais nous verrons aussi de nouvelles productions réinventant le cinéma HK, visiblement très influencé par le renouveau du cinéma sud-coréen qui a atomisé la figure du héros moral.

Mon but est simplement de vous présenter quelques films, connus ou moins, cultes ou personnels, qui vous permettront de mieux connaître ce cinéma par ses thèmes, auteurs, styles, ou de vous familiariser pour la première fois avec lui. Ce ne sera pas exhaustif mais y'aura pas mal d'articles vu que j'les écrits depuis près d'un an !

Partager cet article

Repost 0
Published by Vincent Fortune - dans cinéma Cinéma hongkongais vidéo
commenter cet article

commentaires

windows update support 03/04/2014 14:59

I think the compared to European countries, the Asian countries doesn’t give much importance to the film field. I am not saying that, it is due to the difference in talents, or people’s interest. Keep sharing these sorts of interesting and informative articles.

July 21/08/2013 17:59

Je kiffe l'idée de cette série pour avoir quelques faibles pour ces cinémas.

  • : Récits d'un non-flamboyant
  • Récits d'un non-flamboyant
  • : Ce qui compte pour moi : Islam - Poésie - Luttes révolutionnaires - Solitude - Rhythm'n'blues - Cinéma asiatique - Foot féminin. A vous de voir Plus de questions : http://ask.fm/DouilleDomino
  • Contact

Recherche :