Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 juin 2016 1 06 /06 /juin /2016 01:45

Les ayat du Qoran al-karîm évoquant le jeûne du mois de Ramadhan

Repost 0
14 novembre 2015 6 14 /11 /novembre /2015 14:52
[You have the emergence in human society 
of this thing that's called the State
What is the State? The State is this organized bureaucracy
It is the po-lice department. It is the Army, the Navy
It is the prison system, the courts, and what have you
This is the State -- it is a repressive organization
But the state -- and gee, well, you know, 
you've got to have the police, cause.. 
if there were no police, look at what you'd be doing to yourselves!
You'd be killing each other if there were no police! 
But the reality is..
the police become necessary in human society 
only at that junction in human society 
where it is split between those who have and those who ain't got]
 
 
I throw a Molotov cocktail at the precinct, you know how we think
Organize the hood under I Ching banners
Red, Black and Green instead of gang bandanas
F.B.I. spyin on us through the radio antennas
And them hidden cameras in the streetlight watchin society
With no respect for the people's right to privacy
I'll take a slug for the cause like Huey P.
while all you fake niggaz {UNNNGH} try to copy Master P
I want to be free to live, able to have what I need to live
Bring the power back to the street, where the people live
We sick of workin for crumbs and fillin up the prisons
Dyin over money and relyin on religion for help
We do for self like ants in a colony
Organize the wealth into a socialist economy
A way of life based off the common need
And all my comrades is ready, we just spreadin the seed
 
The average Black male
Live a third of his life in a jail cell
Cause the world is controlled by the white male
And the people don't never get justice
And the women don't never get respected
And the problems don't never get solved
And the jobs don't never pay enough
So the rent always be late; can you relate?
We livin in a police state
 
No more bondage, no more political monsters
No more secret space launchers
Government departments started it in the projects
Material objects, thousands up in the closets
Could've been invested in a future for my comrades
Battle contacts, primitive weapons out in combat
Many never come back
Pretty niggaz be runnin with gats
Rather get shot in they back than fire back
We tired of that - corporations hirin blacks
Denyin the facts, exploitin us all over the map
That's why I write the shit I write in my raps
It's documented, I meant it
Every day of the week, I live in it; breathin it
It's more than just fuckin believin it
I'm holdin them ones, rollin up my sleeves an' shit
It's cee-lo for push-ups now, many headed for one conclusion
Niggaz ain't ready for revolution
 
I am.. a revolutionary
and you're gonna have to keep on sayin that
You're gonna have to say that I am a proletariat
I am the people, I'm not the pig
 
Guiliani you are full of shit!
And anybody that's down with you!
You could man-make things better for us
and you cuttin the welfare
Knowin damn well when you cut the welfare,
a person gon' do crime..

There's a road block on the corner
they put up from time to time
They say we need a witness
To a very serious crime

We're living in a police state
Fear behind each door
Living in a police state
State of marshal law

Do the police give you protection
or are they just a waste of time
Will there ever be a witness
To a very serious crime

We're living in a police state
Fear behind each door
Living in a police state
State of marshal law

We're living in a police state
Fear behind each door
Living in a police state
State of marshal law

Today a bomb went off in Knightsbridge
Yesterday was China town
They give us a police state
where the guilty can't be found

We're living in a police state
Fear behind each door
Living in a police state
State of marshal law

When the trust is gone
something's gone very wrong
when they can't look you in the eyes
when all you get is lies
police violence is all around
pretty soon your town's burning down
with police, drugs and organized crime
when the blind lead the blind

شدوني عل الإستهلاك...عداوني عالزطلا
بكاو لميما هزوني ربطية باطلا
في قالب غالطة حطوني في ورطة
تونس نعطيها وردة الحكومة تاخو الكتله
أأأه أعطيني شما عاالسريع
عام حبس منشدوش كان جا بابا إسمو بو سبيع
لذا إنحب نتوب نحيت دروڨ مل مكتوب
الحبس منشوفوش كان جيت ولد سليم شيبوب
يا رئيس يا محامي يا بوليس يا مستشار
كيف ما بكيتو بابا بوك منشعل فيه النار
هذيا الحوما قندهار الكاس فاض
يدي اليسار شيطان رجيم يدي اليمن أبو عياض
خدمو بييا ... هزوني للجبانا
إلبارح باييت في الدار ليلا بايت في زنزانا
أمي ماتبكيييش ماكبسونيش
البوليس يلي طيحني أمو نوكلها لحشيش
 
البوليسيا كلاب وانا نقول النبيح منين
أنا نقول النبيح منين تره قولي النبيح منين
البوليسيا كلاب.... البوليسيا كلاب
البوليسيا كلاب .....البوليسيا كلاب
أنبح ياكلب أأأنبح ياكلب...أأأنبح ياكلب
البوليسيا كلاب
أنبح ياكلب أأأنبح ياكلب...أأأنبح ياكلب
البوليسيا كلاب
........................................­..
شرجي سلاحك يا بوليس أضربنا بل كرتوش
رانا موتا مڨلعين كان تضربنا منحسوش
تحب تاخو لبطاقت تعريف ههه رانا من مدوش
فل عيد نحب نذبح بوليس مممم في بلاسط العلووش
خلطو و رانا فل الحوم جرينا و ماشدوناش
الرافل يلم الكل الحومة كحلا بل الحناش
كان تلوج عالزطول فوقي ماتلقاهاش
Génération
......بطل لقرايا والزطلة ما تبطلهاش
هككا نعيشو يا بوليس ماعانا شي مخوبي
كرهتونا فل سيفيل يعلم بينا كان ربي
إنتي تحب طيحني تركبلي المينوط في يدي
خرجني من مخك و بربي سايبلي زبي
هذي الحومة يا حنشون تفجع فينا بالسجون
لاعبها كابس يا قلابس لابس في راسك كلسون
في راسي برشا جنون وسخ وذنيك نسمعهولك
كيف ما حشيتو معايا قبل جيت اليوم باش نركزهولك
 
........................................­....
 
من بوشوشة ل بيت الدوش قلوب حجر منخافوش
نيك لحنوش أعطيني فرد ما نقتلهوم بلكرتوش
تشدوني وللا متشدوش ماعلابالي بيه
ديما زاطل و متكيف حاول باش تخرالي فيه
البولسية كلاب حكايا باينا مل مااان
أرجل واحد في الداخليية فاسد و طحان
تره تره واقف إحترام للضباط يا عفاط
....... مزطولين ........ موبيقات
كو ... كو ... كوكائين زطلا و كيتامين
ماكم إنتوما تجيبو فاها قولي الدروG جاي منين
ماكم إنتوما تبيعو فيه إنتوما اللحما لكبار
أ حنا حطمتونا بل عقار ملي ولاد سغار
منطولش عليك نعتيك فلاش أعلى بالي
صارت ثورة في البلاد ياخي طلعت من تالي
تحطح يا حكوما مادام الحشية للكرومة
..... الولاد الحومة و .... المضلومة

Puisque la provocation
Celle qu’on a pas dénoncée
Ce fut de nous envoyer 
En réponse à nos questions

Vos hommes bien lunettés
Bien casqués, bien boucliés
Bien grenadés, bien soldés
Nous nous sommes mis à crier

A bas l’Etat policier (ter)

Parce que vous avez posté
Dans les cafés, dans les gares
Vos hommes aux allures bizarres
Pour ficher, pour arrêter

Les Krivine, les Joshua
Au nom de je n’sais qu’elle loi
Et beaucoup d’autres encore
Nous avons crié plus fort

A bas l’Etat policier (ter)

Mais ce n’était pas assez
Pour venir à bout de nous
Dans les facs à la rentrée
Vous frappez un nouveau coup

Face aux barbouzes, aux sportifs
Face à ce dispositif
Nous crions assis par terre
Des Beaux-Arts jusqu’à Nanterre

A bas l’Etat policier (ter)

Vous êtes reconnaissables
Vous les flics du monde entier
Les mêmes imperméables
La même mentalité

Mais nous sommes de Paris
De Prague et de Mexico
Et de Berlin à Tokyo
Des millions à vous crier

A bas l’Etat policier (ter)

Repost 0
12 juin 2013 3 12 /06 /juin /2013 21:45

Quand les médias occidentaux parlent d'événements politiques égyptiens, on représente généralement les quelques banderoles en anglais des manifs...

Quand ils s'intéressent aux graffitis d'la Révolution du 25 janvier 2011, là sont privilégiées les peintures plutôt qu'les revendications plus explicites... 

J'ai voulu à travers quelques photos persos, puis des clichés de sources diverses, proposer intentionnellement des graffitis politiques égyptiens, dont beaucoup sans iconographie, pour visibiliser quelques discours.

 

Toutefois, cette sélection se limite principalement au Caire, aux mouvements révolutionnaires opposés au régime actuel, ne contient pas de messages en franco-arabe (nom désignant l'écriture en alphabet latin de la langue arabe, très courant chez les jeunes et sur le net) et aucun (pour l'instant) message internationaliste... 

 

Al-'adal fi Misr

                      "العدل في مصر أساسه الظلم ...تطهير القضاء"

                         (en rouge, gauche puis droite)

  la justice égyptienne est à la base de l'oppression...

                      Purge de la magistrature

Il s'agit d'un jeu de mot sur la devise de la justice en Egypte "العدل اساس الحكم" qui signifie la justice est à la base du pouvoir.

 

 

Al-Thaoura-moustamara.JPG

             "الثورة مستمرة" La révolution continue

 

 

El-qissas-aou-ael-faoudh.JPG

            "القصاص أو الفوضى" Le châtiment ou le chaos

En référence ici à l'attente de la condamnation des responsables des 74 morts parmi les supporters d'al-Ahly du Caire au stade de Port-Saïd en février 2012

 

 

Houriyya-li-Karim.JPG

                       "حرية لكريم" Liberté pour Karim

 

 

Iasqat-doulat-Moubarak.JPG

                    " يناير٢٥ ...تسقط دولة مبارك"

    25 janvier...A bas l'Etat de Moubarak

 

 

Ikhwan-mougrimin.JPG

           "الاخوان المجرمين" Les Frères Criminels

(en référence aux Frères musulmans, al-Ikhwan al-muslimoun)

 

 

La-lidoustour.JPG

                "لا للدستور" Non à la Constitution

Constitution adoptée à la fin décembre 2012 malgré les vives critiques de l'opposition contre l'équipe de rédaction et le contenu final.

 

   

Naam.JPG

                           "نعم لاستقلال القضاء"

         oui à l'indépendance de la magistrature

 

     

Yaskoutt-hukm-ar-mourchid.JPG

   "يسقط حكم المرشد" au centre :que tombe le régime du Guide

  " عيش" en haut à droite : pain (en dialecte égyptien)

           " حرية" en haut à gauche : liberté

        " عدالة اجتماعية" en bas :  justice sociale 

 

 

Magad-al-shohada-.JPG

" شهداء احدث العباسية ٢" les martyrs des événements d' 'Abassiya 2                            

          "المجد للشهداء" gloire aux martyrs

 

 

Mintiqa-Ultrass.JPG

                      " منطقة الترس"     Zone Ultra 

 (supporters et militants, ici du club cairote al-Ahly)

 

 

_______________________________________________________

Et voici les autres photos, trouvées sur le net cette fois-ci, qui m'ont semblé intéressantes :

 

harcelement-4-copie-2.jpg

                               " لا للتحرش"   Non au harcèlement 

 

 

republique-de-port-said.jpg

                   " جمهورية بور سعيد" République de Port-Saïd

 

  Suite à l'annonce de la condamnation à mort d'une vingtaine de Bur-saïdis au moment de la célébration agitée des 2 ans d'la Révolution, au début de l'année 2013, la ville ainsi que d'autres gouvernorats se révolte. Ayant le sentiment d'être abandonnée par le gouvernement et tenue en bouc-émissaire y compris même par les révolutionnaires de la Place Tahrir, la ville a alors revendiqué avec force son indépendance vis-à-vis de l'Egypte. Le drapeau est aux couleurs locales. Un bon document sur la situation : http://www.youtube.com/watch?v=Rs7LzmwlCXc

 

 

 

tamrod.jpg                                    " تمرد على الرئيس الفاشل"

                      Rébellion contre ce président lamentable

Message lié à la campagne Tamarrod, qui souhaite réunir 15 millions de signatures avant le 30 juin pour le départ de Morsi qui fêtera alors le 1er anniversaire de sa présidence : http://tamarod.com/index.php

 

   

koula-inssan-copie-2.jpg      " كلنا انسان" Nous sommes toutes des êtres humains

 

 

   

charia.jpg                     "بالشريعة سنحيا كراما"

     Avec la Charia nous vivrons dignement

 

 

respect.PNG           " اخترمني" Respecte moi (à gauche)

                    " حرية" liberté (à droite)

 

             

revolution pacifique

               " ثورتنا سلميّة" Notre révolution est pacifique

 

   

graff.jpg

                             " خافي منا يا حكومة"

             Crains-nous, gouvernement  !

 

 

 

idhrab.jpg

          "إدرابنا مستمر حتى تتحقق مطالبنا" (pancarte blanche)

Notre grève se poursuivra jusqu'à ce que nos revendications soient satisfaites.

Grève de médecins au Caire en novembre dernier pour de meilleures conditions de travail et une augmentation de leur salaire.

 

 

falesteen.jpg                                      "لن نستسلم"

    Nous ne capitulerons pas (drapeau palestinien)

 

 

fitna.jpg

                                      "لا للفتنة"

Non à la querelle religieuse (accompagné du croissant islamique et de la croix chrétienne réunies, également présent sur le drapeau égyptien de la Révolution de 1919 : le drapeau en question).

 

 

Inzil.jpg

                                   "انزل الشارع"

                               Descends dans la rue

 

 

ma-fich-houriya-bibalach.jpg            "مفيش حرية ببلاش" (arabe dialectal égyptien)

            Il n'y a pas de liberté sans prix à payer

 

 

i-tisam.jpg                                  "اعتصام ٨ يوليو"

                              Sit-in le 8 juillet 

 

 

banderoles.jpg                                  "لا التباطؤ والتواطؤ"

                         Ni ralenti, ni compromis

 

mataskoutich

               "! ما تسكتيش" (arabe dialectal égyptien)

                              Ne te tais pas  !

Issu de Graffiti 7arami qui déploie du graff féministe au Caire depuis le 9 mars 2012, 1er anniversaire des tests de virginité.

 

 

graff-copie-1.jpg            ‫""الجرافيتي موسخة الحيطان...و الزبالة منورة الشارع" 

les graffitis salissent les murs et les poubelles illuminent la rue

Quand on sait que le non-ramassage des poubelles est l'une des préoccupations principales de la population égyptienne, on comprend mieux.

 

 

awezin-naich.png

"عاوزين نعيش" (arabe dialectal égyptien) : nous voulons vivre 

                           الاسعار  (à gauche) : les prix

                           الجوع (au centre) : la faim

                           البطالة (à droite) : le chômage

 

 

 

matadfa--karaaba.jpg

                         "تمرد" : désobéissance

        "  ماتدفعش كهرباء" : ne paye pas l'électricité

Dans le contexte actuel de longues coupures régulières de l'électricité pour presque tous les quartiers du Caire, en particulier les plus pauvres comme Faysal, Bulaq, Zitoun qui cumulent aussi des problèmes d'accès à l'eau en c'moment...

 

D'autres à venir...

Repost 0
17 janvier 2013 4 17 /01 /janvier /2013 15:28

Né dans leصعيد مصر  (Haute-Egypte), عبد الرحمن الابنودي Abderrahman al-Abnoudi est un poète égyptien connu pour ses paroles de chansons populaires (Abdel Halim Hafez, Warda, Mohammed Mounir, etc...) et ses poèmes en arabe dialectal égyptien.

Ce poème est issu du recueil موت جيال المقاتة (La Mort de l'épouvantail), paru en mars 1970. Le khamasin est un vent chaud et sec de sable qui souffle près de 50 jours (de l'arabe خمسين‎ "khamsin" qui signifie 50) sur la péninsule arabique et le Nord de l'Afrique. Sa traduction en français, tout comme l'ensemble du recueil, édité par le Centre de traduction franco-égyptien du Caire (1985), est l'oeuvre de Jean-Claude Rolland. 

 

فى الفجر قال الادان

كما كل يوم بيقول

قالّك: بلاد الكافرين ماتساع

غير كافرين

مهما الزمن يقصر

ومهما يطول

انا قلت ياليل

بقى لى كم سنه لم نمت؟

سمعت ياما الادان

لم قمت واتوضيت

قلت ان لزمت البيت

انفد بتوبى من النجس والعار

قاللى  :

يازارع العار فى كفينك

وتحت باب الدار

نوم البيوت يشبه غُنا الكفار

مافى ادان الا ادان واحد

ومافى ليل الا وآخره ادان

وانت سهرت وشفت

…..

…..

…..

...قلت: الجروح

 ساعتين تدق الروح

..فى الروح تنوح..وتصيح

باخاف ماورّى الجرح للمخاليق

قاللى: ياأبن الشيطان

كإن ابوك عمره ماكان فلاح

كان من صحاب المعصيه وكان زان

وكإن امك ولدتك ورا ضرفة الدكان

أنا قلت: ياحيرتى

كإنى طيره نشّها المقلاع

تقع فى إيد شارى وأيد بياع

همى على الجسم بان

ده انا كنت ساقية حنان

وكنت باب للكل

وقلبى من غير بيبان

.. ايه اللى شيبنى كده قبل الاوان؟

….......

….......

ولا ملكى حتى ضحكتى ياليل

فى المغنى ليّلنا وقيّلنا

خماسين شديده واحنا ميّلنا

ايه كان وقف على حيله لما احنا

نقف على حيلنا؟؟

 

A l’aube l’appel à la prière a dit

Comme il dit chaque jour

Le pays des impies

N’abrite que des impies

Que la durée soit longue ou brève

Moi j’ai dit O nuit

Depuis combien d’années n’ai-je pas dormi

J’ai entendu tant d’appels à la prière

Je ne me suis pas levé

Je n’ai pas fait mes ablutions

J’ai dit qu’en restant chez moi

Je protégeais mon vêtement de la souillure et de la honte

Il m’a dit

La honte tu la cultives dans tes mains

Et sous la porte de ta demeure

Rester chez soi est comparable au chant des impies

Il n’y a qu’un appel dans l’appel

Et il n’y a pas de nuit qui s’achève sans appel

Et toi qui as veillé tu le sais bien

 

J’ai dit que les blessures

Lorsqu’elles goûtent le vent

Versent dans l’âme des larmes… et des cris

J’ai honte de montrer aux autres ma blessure

Il m’a dit Fils de Satan

On dirait que ton père n’a jamais été un fellah

Mais un rebelle et un adultère

Et que ta mère t’a enfanté derrière une porte d’une boutique

Moi j’ai dit O perplexité

Je suis comme un oiseau que la fronte a atteint

Et qui tombe dans la main qui le vendredi

Puis dans la main qui l’achète

Mon corps disait ma tristesse

J’étais pour tous une issue

Et mon cœur n’avait pas de portes

Pourquoi ai-je blanchi ainsi avant l’heure

………………………………………

O nuit J’ai même perdu mon rire

Que de nuits et que de jours passés à chanter

Un puissant khamasin nous a fait nous courber

Comment aurions-nous pu rester debout ??!

 

Mugamma.JPG 

Repost 0
22 août 2012 3 22 /08 /août /2012 13:56

!صباح الخير

 

.أنا فرنسي وبأدرس في مصر لحد يوليو مع منحة دراسة

 

.أنا أبحث عن شقة في مدينة القاهرة

.أنا محتاج شقة مع مطبخ وحمام كبير 

.انا عاويز ساكن في حي القلعة صلاح الدين في تفضيل

 

.ممكن ادفع لحد ١٥٠٠ جنية في الشهر

 

! مع السلامة 

دويل

Repost 0
14 juillet 2012 6 14 /07 /juillet /2012 09:38

     Il y a quelques mois j'ai eu l'occasion à l'un d'mes travails de lire le magazine du Monde diplomatique, Manières de voir, spécial sur les révoltes et révolutions arabes. Le genre de numéro qui s'autocongratule de suivre les révolutions en cours (voir surtout les éditos vaniteux de Libé sur la question), le genre de numéro fasciné aussi par "l'apprentissage de la démocratie et de la modernité" par les Autres... Oui, parce qu'on ne vous le répètera jamais assez, les Arabes ne peuvent comprendre que la dictature ! C'est bien à ce titre que la répression et la discrimination coloniale française ont été d'une violence inimaginable en Algérie pendant plus d'un siècle, soutenues administrativement et populairement par l'idéologie raciste du "ils ne comprennent que le bâton". Le titre est d'ailleurs magistral : l'idée du "réveil" suppose le retour des Arabes parmi les éveillés : nous bien sûr! Parce que nos révolutions (lesquelles? ce serait déjà intéressant de voir concrêtement ce qu'elles sont) ont des effets tellement visibles !

Comprendre-le-reveil-arabe.JPG

     Je noterai toutefois la qualité de certains articles : "Racines ouvrières de la révolte égyptienne" par Raphaël Kempf ou encore "Deuil subversif" sur la mémoire de Bourguiba dans la Tunisie de Ben Ali par Kamel Abidi notamment. Mais l'article que j'vous propose de découvrir est d'un ton bien différent et d'une plume anti-impérialiste aussi célèbre que respectée : Edward Saïd. 

      Vous le connaissez peut-être pour ses réflexions sur la construction idéologique par l'art et les médias occidentaux de l'image des peuples de culture islamique : L'Orientalisme. L'Orient crée par l'Occident (1980 pour la 1ère traduction en français) qui ont mené au développement de ce qu'on appele les "études post-coloniales" ou encore pour L'Islam dans les médias. Comment les médias et les experts façonnent notre regard sur le reste du monde (traduit en français dans une édition augmentée en 2011 soit trente ans après sa 1ère publication).

     "La Langue arabe, la Rolls et la Volkswagen" d'Edward Saïd, publié pour la première fois en août 2004 (de façon posthume) mais paru dans ce numéro de juin-juillet 2011, semble délaisser à première vue les questions politiques pour nous laisser apprécier l'histoire et la diversité de ce que l'on regroupe derrière l'expression "langue arabe". J'ai trouvé que cette courte analyse riche et accessible permettait de comprendre les enjeux politiques, sociaux et linguistiques de la 4ème langue la plus parlée au monde, vis-à-vis de son histoire - marquée par la place du قرآن كريم - et de ses dialectes. Je vous laisse maintenant le découvrir. 

 

-------

Faut-il préférer le classique au dialectal ?

 

     Dans le débat sur la réforme de l’islam, certains exigent des Arabes qu’ils modifient aussi leur langue en choisissant définitivement l’arabe classique des élites et en abandonnant le dialectal, parlé par le peuple. Avant sa mort, en septembre 2003, Edward W. Saïd a expliqué pourquoi cette exigence reflète une extraordinaire sous-estimation de la richesse de l’expérience quotidienne vécue qu’exprime la langue de la rue.

-------

"La Langue arabe, la Rolls et la Volkswagen", par Edward W. Saïd :

 

     Comment parler et écrire l’arabe ? La question est d’autant plus redoutable qu’elle dépend de facteurs idéologiques qui n’ont rien à voir avec le vécu même de cette langue pour les locuteurs indigènes. Je ne sais pas d’où vient cette conception selon laquelle l’arabe exprimerait essentiellement une violence terrifiante et incompréhensible, mais il va de soi que tous ces scélérats en turban des écrans de Hollywood des années 1940 et 1950 parlant à leurs victimes sur un ton hargneux, avec une délectation sadique, y sont pour quelque chose. Y a aussi contribué, plus récemment, la fixation des médias états-uniens sur le terrorisme, qui semble résumer tout ce qui concerne les Arabes.

     Pourtant, la rhétorique et l’éloquence dans la tradition littéraire arabe remontent à un millénaire : ce sont les écrivains de Bagdad, tels Al-Jahiz et Al-Jurjani, qui élaborèrent des systèmes incroyablement complexes et étonnamment modernes pour comprendre la rhétorique, l’éloquence et les tropes  (1). Mais leur travail se fonde sur l’arabe classique écrit, et non le parler quotidien. Car le premier est dominé par le Coran, à la fois origine et modèle de tout ce qui vient après lui en matière linguistique.

     Expliquons ce point, très peu familier aux usagers des langues européennes modernes, dans lesquelles les versions parlées et littéraires correspondent et où l’Ecriture sainte a entièrement perdu son autorité verbale.

     Tous les Arabes usent d’un dialecte parlé qui varie considérablement d’une région ou d’un pays à l’autre. J’ai grandi dans une famille dont la langue parlée était un mélange de ce qui était couramment utilisé en Palestine, au Liban et en Syrie : ces trois dialectes présentaient suffisamment de différences pour qu’on puisse distinguer, par exemple, un habitant de Jérusalem d’un autre de Beyrouth ou encore de Damas – mais tous trois pouvaient communiquer sans grand effort.

     Comme je suis allé à l’école au Caire et que j’y ai passé la plus grande partie de ma jeunesse, je parlais aussi – et couramment – le dialecte égyptien, beaucoup plus rapide et élégant que les autres appris dans ma famille. De surcroît, l’égyptien était plus répandu : presque tous les films arabes, les drames radiophoniques, puis les feuilletons télévisés étaient produits en Egypte. Leur idiome devint ainsi familier aux habitants de tout le monde arabe.

     Pendant les années 1970 et 1980, le boom pétrolier entraîna la production de drames télévisés dans d’autres pays, cette fois en arabe classique. Ces drames costumés, ampoulés et lourds étaient censés convenir aux goûts des musulmans (et des chrétiens vieux jeu, généralement plus puritains), qu’auraient pu rebuter les films cairotes pleins de verve. Et, à nous, ils paraissaient désespérément ennuyeux ! Le mousalsal (feuilleton) égyptien le plus hâtivement monté nous amusait infiniment plus que le meilleur des drames bien réglés en langue classique.

     De tous les dialectes, en tout cas, seul l’égyptien a connu une telle diffusion. Ainsi, j’aurais toutes les peines du monde à comprendre un Algérien, si grande est la différence entre les dialectes du Machrek et ceux du Maghreb. J’aurais la même difficulté avec un Irakien ou même un interlocuteur doté d’un fort accent du Golfe. C’est pourquoi les informations radiodiffusées ou télévisées utilisent une version modifiée et modernisée de la langue classique, qui peut être comprise à travers l’ensemble du monde arabe, du Golfe au Maroc – qu’il s’agisse de débats, de documentaires, de réunions, de séminaires, de sermons de mosquée et de discours à des meetings nationalistes, de même que de rencontres de tous les jours entre citoyens parlant des langages très différents.

 

Tout est clarté, logique et abstraction

 

     A l’instar du latin pour les dialectes européens parlés jusqu’à il y a un siècle, l’arabe classique est resté bien présent et bien vivant en tant que langue commune de l’écriture, malgré les immenses ressources de toute une série de dialectes parlés qui, à l’exception du cas égyptien, ne se sont jamais diffusés au-delà de leur pays d’usage. De plus, ces dialectes parlés ne possèdent pas la vaste littérature de la lingua franca (2) classique.

     Même les écrivains dits « régionaux » ont tendance à utiliser la langue moderne classique et ne font qu’occasionnellement appel à l’arabe dialectal. En pratique, une personne éduquée a en fait deux usages linguistiques bien distincts. Au point que, par exemple, vous bavarderez avec un reporter d’un journal ou d’une télévision en dialectal et puis, tout à coup, quand l’enregistrement commencera, vous passerez sans transition à la langue classique, intrinsèquement plus formelle et plus polie.

     Il y a, bien sûr, un lien entre les deux idiomes : les lettres sont souvent identiques et l’ordre des mots aussi. Mais les termes et la prononciation diffèrent dans la mesure où l’arabe classique, version standard de la langue, perd toute trace de dialecte régional ou local et émerge comme un instrument sonore, soigneusement modulé, élevé, extraordinairement flexible, dont les formules permettent une grande éloquence. Correctement utilisé, l’arabe classique n’a pas son pareil pour la précision de l’expression et pour l’étonnante façon par laquelle les variations des lettres individuelles dans un mot (tout spécialement les terminaisons) permettent d’exprimer des choses bien distinctes.

     C’est aussi une langue à la centralité sans pareil par rapport à la culture arabe : comme l’a écrit Jaroslav Stekevych, qui lui a consacré le meilleur livre moderne  (3), « telle Vénus, elle est née dans un état de beauté parfait, et elle a conservé cette beauté en dépit des péripéties de l’histoire et des forces du temps ». Pour l’étudiant occidental, « l’arabe suggère une idée d’attraction quasi mathématique. Le système parfait des trois consonnes radicalaires, les formes augmentées des verbes avec leurs significations de base, la formation précise du nom verbal, des participes. Tout est clarté, logique, système, et abstraction ». Mais c’est aussi un bel objet à regarder dans sa forme écrite. D’où le rôle central et durable de la calligraphie, art combinatoire de la plus haute complexité, plus proche de l’ornement et de l’arabesque que de l’explicitation discursive.

     Pendant les premiers jours de la guerre en Afghanistan, sur la chaîne satellite arabe Al-Jazira, se déroulaient des discussions et des reportages introuvables dans les médias états-uniens. Ce qui était frappant, mis à part le contenu de ces émissions, c’était, malgré la complexité des questions abordées, le haut niveau d’éloquence qui caractérisait les participants aux prises avec les pires difficultés – et même les plus repoussants, y compris M. Oussama Ben Laden. Ce dernier parlait d’une voix douce, sans hésiter ni faire le moindre lapsus, ce qui compte sûrement dans son influence. C’était aussi le cas, dans une moindre mesure, de non-Arabes tels les Afghans Burhanuddin Rabbani et Gulbuddin Hekmatyar, qui, sans maîtriser le dialectal arabe, ont recours avec une remarquable aisance à la langue classique.

     Certes, ce que l’on nomme de nos jours l’arabe moderne standard (ou classique) n’est pas exactement la langue dans laquelle fut écrit le Coran, il y a quatorze siècles. Bien que le Livre saint demeure un texte très étudié, sa langue paraît antique, voire emphatique et donc inutilisable pour la vie de tous les jours. Comparée à la prose moderne, elle a des allures de poésie sonore.

     L’arabe classique moderne résulte du processus de modernisation commencé pendant les dernières décennies du XIXe siècle – la période de la Nahda, ou renaissance. Ce fut principalement l’œuvre d’un groupe d’hommes en Syrie, au Liban, en Palestine et en Egypte (dont un nombre frappant de chrétiens). Ils s’attelèrent collectivement à la transformation de la langue arabe en modifiant et en simplifiant quelque peu la syntaxe de l’original du VIIe siècle par le biais d’une arabisation (isti’rab) : il s’agissait d’introduire des mots tels que « train », « compagnie », « démocratie » ou « socialisme », évidemment inexistants pendant la période classique. Comment ? En puisant dans les ressources immenses de la langue grâce au procédé grammatical technique d’al-qiyas, l’analogie. Ces hommes imposèrent tout un nouveau vocabulaire, qui représente actuellement environ 60 % de la langue classique standard. Ainsi, la Nahda a conduit à une libération des textes religieux, introduisant subrepticement un nouveau sécularisme dans ce que les Arabes disaient et écrivaient.

     La grammaire arabe est tellement sophistiquée et séduisante par sa logique qu’un élève plus âgé l’étudie plus facilement, car il peut apprécier les subtilités de son raisonnement. Ironiquement, c’est dans des instituts linguistiques en Egypte, en Tunisie, en Syrie, au Liban et au Vermont que le meilleur enseignement de l’arabe est donné à des non-Arabes.

     Quand la guerre arabo-israélienne de 1967 me poussa à m’engager politiquement à distance, une chose me frappa avant tout : la politique n’était pas conduite en ‘ameya, ou langue du grand public comme on appelle l’arabe dialectal, mais plus souvent dans le rigoureux et formel fosha, ou langue classique. J’ai bientôt compris qu’on présentait les analyses politiques aux meetings et aux réunions de telle sorte qu’elles apparaissent plus profondes qu’elles ne l’étaient. Je découvris, à ma grande déception, que c’était particulièrement vrai des approximations du jargon des marxistes et des mouvements de libération de l’époque : les descriptions de classes, d’intérêts matériels, ceux du capital et du mouvement ouvrier étaient arabisés et adressés, en longs monologues, non au peuple, mais à d’autres militants sophistiqués.

     En privé, des leaders populaires comme M. Yasser Arafat et Gamal Abdel Nasser, avec qui j’ai eu des contacts, utilisaient bien mieux le dialectal que les marxistes, lesquels étaient aussi mieux éduqués que ces deux dirigeants. Nasser en particulier parlait aux masses de ses partisans en dialecte égyptien avec les phrases sonores du fosha. Quant à M. Arafat, vu que l’éloquence arabe dépend beaucoup du débit dramatique, il a une réputation d’orateur en dessous de la moyenne : ses erreurs de prononciation, ses hésitations et ses circonlocutions maladroites ressemblent, pour une oreille éduquée, à l’équivalent d’un éléphant se promenant dans un magasin de porcelaine.

 

Le Coran, « verbe de Dieu »

 

     Au Caire, l’université Al-Azhar représente une des plus anciennes institutions d’enseignement supérieur du monde ; elle passe aussi pour le siège de l’orthodoxie islamique, son recteur étant la plus haute autorité religieuse de l’Egypte sunnite. Plus : Al-Azhar enseigne – essentiellement, mais pas exclusivement – le savoir islamique, dont le cœur est le Coran, ainsi que tout ce qui va avec en matière de méthodes d’interprétation, de jurisprudence, de hadiths  (4), de langue et de grammaire.

     La maîtrise de l’arabe classique se trouve donc au cœur même de l’enseignement islamique d’Al-Azhar, pour les Arabes et les autres musulmans. Car les musulmans considèrent le Coran comme le Verbe de Dieu incréé, « descendu » (mounzal) à travers une série de révélations à Mahomet. Du coup, la langue du Coran est sacrée ; elle contient des règles et paradigmes obligatoires pour ceux qui l’utilisent, bien que, assez paradoxalement, ils ne puissent pas, par fait doctrinal (ijaz), l’imiter.

     Il y a soixante ans, on écoutait les orateurs et on commentait sans fin la correction de leur langage autant que ce qu’ils avaient à dire. Quand j’ai donné mon premier discours en arabe, au Caire, il y a deux décennies, un de mes jeunes parents s’approcha de moi après que j’eus fini pour me dire combien il était déçu que je n’aie pas été plus éloquent. « Mais vous avez compris ce que je disais », demandai-je d’une voix plaintive – mon principal souci étant d’être compris sur quelques points délicats de politique et de philosophie. « Oh oui, bien sûr, répondit-il d’un ton dédaigneux, aucun problème : mais vous n’avez pas été assez éloquent ou oratoire. »

     Cette récrimination me poursuit encore quand je parle en public. Je suis incapable de me transformer en orateur éloquent. Je mélange les idiomes dialectaux et classiques de manière pragmatique, avec des résultats mitigés. Comme on me l’a fait aimablement remarquer une fois, je ressemble à quelqu’un qui possède une Rolls Royce, mais préfère utiliser une Volkswagen.

     Ce n’est qu’au cours des dix ou quinze dernières années que je l’ai découvert : la meilleure, la plus épurée, la plus tranchante des proses arabes que j’aie jamais lues ou entendues est écrite par des romanciers (et non des critiques) comme Elias Khoury ou Gamal Al-Ghitany. Ou par nos deux plus grands poètes vivants, Adonis et Mahmoud Darwich : chacun d’eux atteint, dans ses odes, des hauteurs rhapsodiques si élevées qu’il entraîne d’énormes auditoires dans des frénésies de ravissement enthousiaste.

     Pour eux, la prose est un instrument aristotélicien aigu comme un rasoir. Leur connaissance du langage est si immense et si naturelle, leurs dons si puissants qu’ils peuvent être à la fois éloquents et clairs sans avoir besoin de mots de remplissage, de verbosité fatigante ou de vain étalage. Tandis que pour moi, qui n’ai pas été formé au sein du système scolaire national arabe (par opposition au système colonial), il me faut faire des efforts conscients pour mettre correctement et clairement en ordre une phrase en arabe classique – avec des résultats pas toujours probants en termes d’élégance, je dois bien l’avouer...Edward W. Saïd

 

Décédé en septembre 2003, Edward W. Saïd était professeur de littérature comparée à l’université Columbia (Etats-Unis), auteur notamment de Culture et impérialisme, Fayard-Le Monde diplomatique, Paris, 2000. Il a publié son autobiographie, A contre-voie, au Serpent à plumes (Paris) en 2002.

 

(1) Figure par laquelle un mot, une expression sont détournés de leur sens propre.

(2) Langue métisse, proche de l’italien, qui a servi, pendant plusieurs siècles, tout autour de la Méditerranée, à la communication entre les chrétiens de diverses origines et la population musulmane.

(3) Reorientation. Arabic and Persian Poetry, Indiana University Press, Bloomington, 1994.

(4) Paroles et actes de Mahomet et de ses compagnons.

Repost 0
22 novembre 2011 2 22 /11 /novembre /2011 23:14

!أهلاً


.إسمي دويل. أنا فرنسي.أناعندي ٣٥سنة

أسكن فى باريس ، أدرس اللغة العربية في الجامعة. لي عمل ايضا

أنا ولد : هذا هويتي .لست رجلا أو مرأة

أنامستيسو و ثنائي الجنس و المتحولون

.جنس


ما أحب : كرة القدم، الملاكمة، سينما، الموسيقى (البلوز)، السياسة، الأدب، التاريج القديم

يمكنك ان تكتب\ تكتبي باللغة العربية، سأجيب قريبا، إن شاء الله

!إلى للقاء

 

أنا من هناك. ولي ذكريات"، من قصيدة محمود درويش"

Repost 0
Published by Vincent Fortune - dans اللغة العربية Oim
commenter cet article

  • : Récits d'un non-flamboyant
  • Récits d'un non-flamboyant
  • : Ce qui compte pour moi : Islam - Poésie - Luttes révolutionnaires - Solitude - Rhythm'n'blues - Cinéma asiatique - Foot féminin. A vous de voir Plus de questions : http://ask.fm/DouilleDomino
  • Contact

Recherche :