Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mai 2011 1 02 /05 /mai /2011 03:14

   Un truc simple, qui en apparence semble intégré à notre esprit d'activiste trans, mais qu'on oublie finalement sans cesse, c'est la formidable différence de CHAQUE parcours trans. Pas seulement la différence entre un parcours trans MTF d'un parcours FTM d'un parcours transgenre. Pas seulement la différence entre une transition durant la jeunesse ou après un certain âge. Pas seulement la différence entre transitionner quand on est de couleur ou quand on est blancHE. Pas seulement la différence entre transitionner quand ta famille te soutient et quand ta famille est prête à te tuer. Pas seulement la différence entre avoir les moyens de se payer une opé à l'étranger sans bosser et s'endetter/repousser/organiser une collecte pour se l'offrir. Pas seulement la différence entre transitionner quand on est bien portant, beau/belle, populaire, universitaire et parisienNE et quand on ne l'est pas.

    Au-delà de toutes ces conditions sociales, identitaires, chaque parcours même les plus proches socialement et affectivement parlant présente des moyens, des circonstances et des volontés uniques. UnE individuE unique.

3 moments-clefs reviennent inlassablement pour jalonner (voire définir) le parcours FTX ou FTM : T, chirurgie du torse, rectification de tout l'état-civil. Si ces éléments sont déterminantes dans le vécu de beaucoup, incontournables sur le plan de la lutte contre la transphobie étatique et psycho-médical en tant qu'étapes d'un parcours sous contrôle et restriction judiciaire, elles ne résument pas à elles seules l'identité transgenre ou FTM.

    Pour construire une plus grande masculinité de mon corps, personnellement je ne souhaite (pour l'instant) ni d'opérations de type torsoplastie, ni d'hormonothérapie à base de testostérone. Ces choix non-définitifs ne sont pas idéologiques mais pratiques : tout d'abord, je ne souhaite pas durcir les traits de mon visage pour adopter un passing d'homme à coup sûr. Je souhaite essentiellement accroître et mon poids et ma masse musculaire. Et, par la même occase, soyons fou, retrouver la pleine capacité de mes membres dûs à une maladie inconnue (on a d'abord pensé à un lupus) pour l'heure que je traîne.

   Pour moi, être trans ce n'est pas forcément passer pour cisgenre ni forcément le vouloir. Il s'agit pour moi de la recherche sociale, mentale et physique d'un genre, quelque soit le degré de son passing, en rupture avec celui assigné.

   Je sais que sans T, la musculation donnera moins rapidement d'effets fortifiant à mon corps. Que ma pilosité restera médiocre, ma voix féminine et que mes règles se poursuivront. Mais je sais aussi que mon angoisse de la calvitie, les injects jusqu'à la fin d'ma vie de doses en temps donné, le désintérêt d'avoir un visage plus « mec » et surtout la nécessité de l'aval d'un psy, même en parcours privé, pour tout ça constituent la base actuelle de mon refus. C'est pourquoi j'opte progressivement pour plusieurs solutions alternatives, qui ne seront peut-être pas toutes couronnées de succès :

  • pour mon développement musculaire : boxe et musculation hebdomadaire (au total 4H intensives chaque semaine à l'heure actuelle) + un complément alimentaire sous forme de boisson bio riche en protéines). Voire un peu de basket.

  • Danatrol, un médicament sur ordonnance permettant de mettre fin aux règles. J'espère qu'il ne sera non seulement pas trop désagréable au niveau des effets secondaires mais aussi compatible avec les médicaments anti-inflammatoires de ma maladie. A plus long terme, j'envisage une hystérectomie avec annexectomie bilatérale pour stopper définitivement mes règles.

  • Pour l'accroissement de ma pilosité : pour l'instant, je prends (pas de façon très suivi, d'où le peu de résultats apparents) des pilules bio capillaires favorisant le poil. Je pense enchaîner sur du Minoxidil ensuite, pour des effets plus directs.

  • Méthode « doom your voice ». J'avais pratiqué tout l'été dernier mais comme j'ai un réel problème dans le suivi d'un peu tout, y compris de mes médocs et devoirs scolaires, mes échecs et bâclages sont fréquents. Je recommence, plus sérieusement, depuis peu comme pour les pilules bio de pilosité.

  • Vis-à-vis de ma petite mais apparente poitrine, j'utilise chaque jour depuis le premier mois de cette année une bande thoracique à griffes auto-attachantes [voir article « Moi en Boris Karloff de The Mummy »]. Je m'y suis habitué, elle ne me violente pas, est plutôt efficace et sans difficulté maintenant à rester en place ou à attacher. Elle réduit mon souffle moi qui ait déjà un léger souffle au coeur.

    Ces méthodes diverses de masculinisation personnalisée de mon organisme m'obligent à agir sur tous les fronts, là où la testo aurait radicalement modifié mon apparence. Les résultats sont ainsi globalement plus aléatoires, plus lents. A ce titre là, beaucoup jugent impropres de telles décisions ou, plus indirectement, me font part de leur « passage à la vitesse supérieure » grâce à la T, au binder ou à l'opé. Bien sûr, je n'en épargne pas l'idée : j'y pense même depuis l'âge de 14 ans, depuis les premières fois que j'ai consulté les rares pages internet en français d'alors sur la « transsexualité ». De la part de potes trans masculins, par ailleurs respectueux de mon identité plus transgenre que trans mec, c'est assez dur à encaisser, parce que volontaire ou pas de leur part, j'me sens déqualifié pour être apte à juger ce qui est bon pour moi. D'autre part, cela crée l'idée que seule la T masculinise, accroît la force et que la nécessaire suite à donner à un binder ou à un compresseur s'appele opé. Je sais que notre savoir communautaire est limité concernant par exemple les alternatives à la T ; raison d'plus pour ne pas accueillir d'autres pratiques, loin d'ailleurs d'être inédites, par le dédain. Ce qui est ta vérité n'est pas nécessaire ou ne sera pas nécessairement la mienne. Et chaque besoin différe d'une personne à l'autre, les façons de les satisfaire aussi. J'utilise des moyens propres à mes besoins spécifiques.

    C'est la même chose concernant mon état civil. Je ne souhaite pas être « reconnu comme étant un homme » mais d'abord – et ce n'est pas une moindre tâche, ni un délire naïf – être respecté tel que je suis, tel que je veux être. Je n'ai aucune envie (mais ça peut changer dans plusieurs années, pourquoi pas) de passer d'un F à M, parce que je n'y vois pas d'utilité personnelle et ce n'est pas par là que j'espère obtenir la reconnaissance de mon individualité. C'est pour la même raison que je ne souhaite pas de T parce que les traits androgynes de mon visage me satisfont et que le passing de mec cisgenre n'est pas un but pour moi. Pourquoi irais-je plus loin si ce n'est pas ce dont je souhaite profondément ? La crédibilité du masculin ? Ca n'a pas de sens dans mon vécu.

    Seul le changement de prénom me mobilise pour le moment. J'avais beaucoup réfléchi aussi à l'éradication de mon patronyme, symbole patriarcal d'un père violent, vestige sans doute de l'appropriation des corps de mes ancestres paternels antillais par le colon, marque enfin d'une famille dont je ne partage que la peine. Pas l'amour. C'est le dernier souvenir vivant que j'ai de mon père, quel qu'ait été ses actes. Je le garderai. Mais j'm'éloigne. C'est de mon prénom qu'il s'agit mais le nom auquel il sera accolé y sera toujours, car il n'y a pas de mort ni « d'ancien moi », Doyle est toujours lié à son père. On m'appele Douille et paraît qu'ça fait pas bien sur la copie. Doyle, que j'affectionne tout autant, sera ma prochaine tentative auprès des autorités. On verra si elles aiment les double patronymes, les gaélicismes, la masculinité d'un nom pour une carte estampillée d'un F.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Vincent Fortune - dans Trans' Oim Genre
commenter cet article

commentaires

Nimu 16/09/2011 19:16



Je me disais... Tu as pensé à utiliser à la méthode de Trystan Syke ("Natural Transitioning"). Parce que si tu ne peux/veux pas prendre de la T, ça paraît donner de bons résultats.



Vincent Fortune 09/10/2011 16:32



oui merci ! je connais un peu ses programmes. c'est effectivement très intéressant.


je n'aime perso pas trop le terme de "transition naturelle" mais je suis avec beaucoup d'intérêt toutes les nouvelles infos sur le sujet!


voilà plus d'infos pour celles et ceux qu'ça intéresse :


http://www.youtube.com/user/TristanSkye79


en français, une autre source d'infos très importante :


http://transitionss.tumblr.com/



  • : Récits d'un non-flamboyant
  • Récits d'un non-flamboyant
  • : Ce qui compte pour moi : Islam - Poésie - Luttes révolutionnaires - Solitude - Rhythm'n'blues - Cinéma asiatique - Foot féminin. A vous de voir Plus de questions : http://ask.fm/DouilleDomino
  • Contact

Recherche :